Joins-toi à l'infolettre de PROUD !

Inscris-toi afin de recevoir du contenu exclusif, des conseils alimentaires ou sur l'entraînement, des recettes et plus encore, GRATUITEMENT!

    We respect your privacy. Unsubscribe at any time.

    La stabilisation lombaire

    Avez-vous déjà eu de la douleur au niveau du bas de dos pendant ou après un exercice sans que vous vous soyez blessés ? Vous ne trouvez pas l’origine de cette douleur ? Une des majeures raisons est une faiblesse des muscles stabilisateurs lombaires.

     

    Pour commencer, il existe deux types de muscles : mobilisateur et stabilisateur. Les muscles mobilisateurs sont des muscles qui servent à bouger une articulation. De plus, ceux-ci sont beaucoup plus en surface, donc moins profond. Par exemple, le quadriceps est un muscle mobilisateur puisqu’il aide à faire bouger la hanche et le genou. En ce qui concerne les muscles stabilisateurs, comme leur nom l’indique, ce sont des muscles beaucoup plus profonds qui servent à stabiliser une articulation. Comme pour les muscles mobilisateurs, il en existe pour presque toutes les articulations.

     

    Les muscles stabilisateurs du tronc servent à stabiliser la colonne vertébrale, à soutenir le dos et à réduire le risque de blessure. Donc, si ceux-ci sont atteints, cela peut créer une douleur lombaire (dans le bas de dos). Il y a 4 muscles qui viennent former un carré au niveau de l’abdomen et du dos afin de venir stabiliser le tronc. Il y a le transverse de l’abdomen qui se situe en dessous des abdominaux, le diaphragme qui est attaché en bas de la cage thoracique, les multifides qui sont des muscles profonds du dos et le plancher pelvien.

     

     

    Si l’un de ses muscles est faible et qu’il est sollicité pendant un exercice, le réflexe du corps est de venir compenser avec un muscle plus fort, qui est souvent mobilisateur. La combinaison de la faiblesse et de la compensation peut venir causer les douleurs lombaires. C’est pourquoi il est important de venir renforcer ses muscles afin de venir gérer soi-même sa douleur le plus possible. 

     

    Par Jessica Morin